Le présent article est inspiré d’une ancienne rubrique du bulletin de Lagrasse, publié en son temps par la Mairie. La rubrique portait sur les écarts (sic) de notre commune : les anciens lieux habités, aujourd’hui en ruines, les constructions qui n’étaient pas des habitations.

Son but était de rassembler et faire paraître ce que nous savons sur l’histoire de ces lieux et activités humaines. Chacun était invité à nous faire part de ses connaissances, documents, écrire un article, compléter ce que nous avons… Nous réitérons cette invitation. Partagez-nous vos informations et suggestions.

Pech-Latt, situation et, étymologie

Dans les temps anciens, l’accès à cette campagne à partir du village, s’effectuait en direction des Auxines, en prenant le chemin passant entre le champ de la croix et la métairie, aujourd’hui disparue, de Roquecave

De Pech-Latt à Podium Latum, en passant par Pellat et Pechlat, nous pouvons suivre sur le Dictionnaire topographique du département de l’Aude par l’Abbé Sabarthes de 1912 l’évolution toponymique de ce nom :

  • Podium Latum – 1494 (archives de l’Aude)
  • Métairie de Puechlat 1579
  • St Martin de Pellat église et cimetière 1623
  • Podium, Pech, sommet ici d’une colline
  • Latt, Latum : large. Ce qui donne colline large.

C’est vraiment la situation de ces lieux. En haut du village à Lagrasse, nous avons la rue du Pech…

Domaine Pech-Latt, des vins, une histoire

Pech-Latt, une histoire aussi

Ancien prieuré sous le vocable de Saint-Martin, dépendant de l’Abbaye de Lagrasse, il y avait là un château dont les bâtiments furent transformés et servent depuis longtemps à l’exploitation agricole.

Tout proche était une église de Saint-Martin, dont il ne reste plus de traces. Elle se trouvait au milieu de la vallée de Pech-Latt, aujourd’hui son emplacement est occupé par une vigne appelée Saint-Martin.

Jean Vialade, appelé le Lion des Corbières, nous dit avoir trouvé en défonçant ce terrain des restes de construction. Cela pourrait être les fondations de cette église primitive.

Ligne du temps et des liens entre Pech Latt et Lagrasse

Ce domaine est ensuite acheté au début du 20e siècle par la famille Pams, des négociants en vin des Pyrénées Orientales, très connu sur Perpignan.

  • En 1118, la bulle du Pape Gélase II et en 1228 la bulle du Pape Grégoire IX mentionnent cette église de Pechlat parmi les possessions des Bénédictins de Lagrasse.
  • Pour l’année 1287, le ”livre vert de l’abbaye de Lagrasse” nomme ”l’église de Saint- Martin-de-Pechlat” dans la transaction passée entre Auger, 34e abbé de Lagrasse et les syndics de la ville.
  • En 1499, Bernard Roux marchand à Lagrasse, moyennant une redevance du 8e des revenus, reçut de Pierre d’Absac, 49e abbé, en emphytéose perpétuelle le domaine de Pechlat, et y fit bâtir une métairie pour l’exploitation des terres, qu’il laissa à ses héritiers : Guiraud Jean et Guillaume Roux.
  • En 1579, l’unique descendant, Guillaume de Roux, Président et Juge-Mage à la sénéchaussée de Carcassonne et Béziers s’accorde avec Guillaume IV de Pabris, 54ème Abbé de Lagrasse, pour ne payer à l’abbaye que la redevance du 10° des revenus, pour le motif que le domaine avait beaucoup souffert des déprédations des Protestants qui avaient incendié la métairie.
  • En 1619, le domaine de Pechlat, fut inféodé, moyennant une redevance de cire, payable à la fête Dieu et la remise qu’une paire de gants à chaque renouvellement d’hommage du feudataire devant l’Abbé de Lagrasse.
  • En 1628, le livre vert déjà cité mentionne : ”l’église et le cimetière de Saint- Martin-de-Pechlat, l’église contient 21 cannes et le cimetière 105 cannes.”
  • En 1789 le domaine était possédé par noble de Fornier, il passa ensuite à Mme Veuve de Viguier qui le laissa en héritage à monsieur de Naucadéry. (1)
  • En 1853, les héritiers de Madame de Naucadéry, les familles de Ferluc et de Calmés ont vendu ce domaine à Monsieur Castel, Banquier à Carcassonne, qui le revendit en 1858 à Monsieur Jean-Louis Berlioz, ancien maire de Lagrasse. Ce domaine est ensuite acheté au début du 20e siècle par la famille Pams, des négociants en vin des Pyrénées Orientales, très connus sur Perpignan. Monsieur Berlioz avait fait construire une petite chapelle et un caveau de famille. Lors de la vente du domaine à Pams, il fit transférer les corps dans le mausolée qu’il avait fait ériger dans le cimetière de Lagrasse.
  • En 1936, la famille André achète Pech-Latt. La famille Vialade, le grand-père, François, puis le fils, Clément, enfin le petit-fils Jean ont été successivement régisseurs de cette propriété de 300 ha dont 120 ha de vignes. Monsieur Antoine André était industriel, son épouse Alix André était connue sous ce nom comme romancière à succès, dans les années 40-50.

Le domaine a été vendu en 1999 à la maison Louis Max, négociant éleveur en Bourgogne qui a de grandes ambitions pour cette propriété, dont il souhaite préserver et développer l’identité. Laurent Max était l’un des actionnaires de l’époque et ne fait plus partie à ce jour du capital.

Philippe Mathias, ingénieur agricole avisé, a dirigé pendant plus de vingt ans le domaine de Pech-Latt. Il a fait évoluer la gamme en pratiquant une viticulture durable (labellisée bio). Depuis février 2017, la direction du domaine est assurée par Lise Sadirac.