Les masques tombent. Les visages et leurs expressions se révèlent dans toute leur subtilité, leur originalité. Certes le Maître de Cabestany n’existe pas. Et ceci est contestable. Ce patronyme restera toujours le nom attribué forfaitairement à un artiste itinérant du XIIe s, qui a oeuvré en Aude, en Catalogne, en Navarre et même en Toscane. Ou plutôt à un atelier d’ouvriers artisans regroupés autout d’un même mouvement artistique, mus par un même génie. 

Mais que de chemin a été parcouru pour inventorier, commenter, comprendre et saisir les richesses et subtilité du travail de l’artiste (ou l’atelier) en question. Dans cet élan pour faire revivre ce patrimoine artistique unique, il est un atelier, et surtout, un artiste de Lagrasse, Alphonse Snoeck, sculpteur plasticien, qui a largement contribué à célébrer le génie artistique du Maître de Cabestany. Levons le voile.

Visages méditerranéens dans l’oeuvre du Maître de Cabestany

Une des caractéristiques particulières attribuées à l’oeuvre sculpturale du Maître de Cabestany concerne l’exécution des visages et faciès : des têtes triangulaires, des fronts plats, étroits, … Ces visages, le sculpteur mouleur Alphonse Snoeck, les connaît bien. Pour en avoir reproduit une soixantaine, en grandeur nature, dans son atelier de Lagrasse.

En 1990, notre atelier reçoit la commande de reproductions par moulage de l’intégralité des œuvres connues actuellement attribuées au Maître de Cabestany. Un travail destiné au futur Centre d’Art Roman de Cabestany. Une mission unique, rythmée d’interventions ponctuelles sur une période de dix ans. Ce qui nous a permis d’accéder au plus près de chaque œuvre répertoriée en Catalogne, en Languedoc-Roussillon et en Toscane.

Ces moulages offrent une intéressante relecture des œuvres du Maître de Cabestany : ils permettent de les rapprocher et mettent à jour des comparaisons inédites. Dès lors, on peut mieux apprécier les parentés ou les différences de style et de facture, et procéder à une analyse privilégiée. – Alphonse SNOECK

Le visage, seul, comme oeuvre d’art autonome

Cet ensemble de moulages est présenté pour la première fois sous un même regard, dans le cadre d’une exposition à Lagrasse. L’exposition vous propose une lecture inédite de cet atelier du XIIe siècle. Une lecture qui nous engage inévitablement à élargir les comparaisons à une variété de lieux et découvrir des similitudes non seulement avec un ensemble de sites de même époque mais de remonter aux sources, ce qui nous emmènent dans un voyage dans le temps et en des lieux insoupçonnés.

Découvrez sans attendre ce périple d’exception et suivez, par ordre chronologique, les découvertes successives décelées tout au long de ces dix années.Ce faisant, cette exposition des visages du Maître de Cabestany nous donne la possibilité d’approcher ces petits chefs d’œuvre, de les admirer mais aussi de les réinterpréter.

Il est certes intéressant d’apprécier une œuvre d’art au musée ou dans son cadre d’origine. Toutefois il est surprenant de pouvoir admirer un détail singulier de sa composition, en l’occurrence les visages. Grâce aux moulages, ces détails peuvent être exposés hors contexte à hauteur des yeux. – Alphonse SNOECK

C’est une nouvelle découverte, donc, que propose cette exposition des visages du Maître de Cabestany, à Lagrasse. Il ne s’agit plus d’un visage représentant un personnage qui a toute sa place dans la composition requise pour répondre à un message précis. C’est une œuvre d’art autonome, dégagée de tous symboles, se suffisant à elle même, en toute autonomie.

Le Visage, humain très humain

Un autre détail surprenant que livre cette exposition. Et qui laisse un message en ces temps où notre humanité est mise à mal.

Vous remarquerez que ces visages n‘ont pas tous les caractéristiques de la société catalane, languedocienne ou toscane de l’époque. Or ce sont ces lieux que le Maître de Cabestany a traversés et où il a laissé ses oeuvres. Ces faciès, ces têtes sont les témoins d’un monde inter-culturel d’échange intellectuel et spirituel couvrant le pourtour méditerranéen. – Alphonse SNOECK

Les détails pratiques de l’exposition Visages méditerranéens dans l’oeuvre du Maître de Cabestany.

PS : à l’Abbaye de Lagrasse, on peut admirer les fragments conservés d’un portail détruit de l’église abbatiale attribuée au Maître. Pour certains chercheurs, il s’agirait plutôt là d’un ouvrage de son atelier. Ne disons-nous pas que le mystère n’est toujours pas résolu ?