Débat / Conférence, Exposition, Festival…

Ce festival est imaginé et organisé par des passionnés de la BD et des professionnels de la BD, de l’image
et du patrimoine. Il associe BD et histoire des patrimoines graphiques. Après la 1re édition en 2016,
l’association participe depuis 2017, avec la bibliothèque municipale, à Sortie de Case, les rencontres de la
BD dans l’Aude initiées par la Bibliothèque départementale de l’Aude.
L’expo Alix à Bram ferme ses portes le 22 septembre et se prolonge un peu au festival qui expose les dessins des jeunes participants à Auteurs au Collège dont le thème de travail a été l’Antiquité, en lien avec cette exposition. L’expo quiz Suivez Alix ! installée sur les murs de Lagrasse en 2018 prend ses quartiers en octobre à la Milcom, médiathèque à Lézignan-Corbières. D’autres rencontres d’auteurs sont prévues lors des Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise du 5 au 9 novembre. Riche programme soutenu par Occitanie Livre et Lecture.
Plafonds peints médiévaux lagrassiens, parois ornées des grottes, graffitis antiques… : des dessins, des images… Des histoires ? L’Histoire ? Des livres ! Les lecteurs de tous âges, petits et grands, passionnés, néophytes… sont invités à la curiosité… à La Foire aux Images, quoi ! Pas un grand bazar, mais un moment de rencontres avec les auteurs de notre époque. La diversité des mondes de la bande dessinée et de l’image est à explorer, c’est l’occasion d’en faire un bout de chemin.

Jean-Michel ARROYO auteur résidant dans l’Hérault est l’invité d’honneur de cette édition. – Rencontres – dédicaces auteurs (20 auteurs) – Libraire spécialisé BD & Cie (Narbonne) – Bouquinistes – Espace lecture et dessin grands et petits: BD des auteurs présents – Exposition enfants – Exposition du travail BD réalisé par les élèves qui participent à l’opération Auteurs au collège en clôture de l’exposition exceptionnelle organisée par l’association : Alix, héros de l’Antiquité qui a lieu à Bram du 25 mai au 22 septembre.

Ces jeunes ont travaillé sur l’Antiquité avec les BD de la série Alix comme support. (En partenariat avec Occitanie Livre et Lecture) – Expositions de planches BD : Jean-Michel Arroyo et autres auteurs –

Tables rondes ou conférences à la Maison du Banquet et des générations, abbaye de Lagrasse.

De 10h à 18h, entrée gratuite

Contact Presse : M. Descroix Philippe (président)
04 68 65 53 79
06 95 08 78 43
festivalbdlagrasse@gmail.com

PROGRAMME DÉTAILLÉ
VENDREDI 11 OCTOBRE SCOLAIRES – INAUGURATION
SCOLAIRES
Activités proposées à 4 classes des écoles primaires de Lagrasse, Camplong-d’Aude et Tournissan.
• Atelier Manga avec Olivier Faure (Auleeve), auteur audois
• Atelier Scénario avec Carbone, scénariste BD des Pyrénées-Orientales
• Expositions
• Kamishibaï
• Espace BD Lecture, dessin
Journée en partenariat avec la Bibliothèque municipale de Lagrasse et le Bibliothèque départementale de l’Aude.
INAUGURATION du festival à partir de 18 h 30
17 h Visite guidée de exposition Images oubliées du Moyen-Âge à la maison du Patrimoine (plafonds peints
médiévaux) destinées aux auteurs invités.
18 h 30 Inauguration en présence des élus et partenaires, vous y êtes conviés. Suivra un apéritif.

SAMEDI 12 & DIMANCHE 13 OCTOBRE TOUS PUBLICS (ENTRÉE GRATUITE)
AUTOUR DE LA BD à la salle polyvalente de Lagrasse 10 h / 18 h
– Rencontres – dédicaces auteurs
– Libraire spécialisé BD & Cie de Narbonne
– Bouquinistes Éric D’Império (Narbonne) et Entre quatre planches, Joseph Ruiz (Chanas 38)
– Espace lecture et dessin, grands et petits avec la bibliothèque de Lagrasse et la bibliothèque
départementale de l’Aude : BD des auteurs présents, animations jeunesse.
– Exposition Auteurs au collège : Planches dessinées à l’occasion de l’opération Auteurs au collège
2018/2019 organisée par Occitanie et Lecture. Collèges Cité de Narbonne, Les Mailheuls de Coursan et
Joseph Anglade de Lézignan-Corbières.
– Expositions de planches BD : Jean-Michel Arroyo (Buck Danny), Fredman (Les Carnets de guerre de
Louis Barthas), Gilbert Bénedicto (Narbonne)
TABLES RONDES à la Maison du Banquet et des générations, abbaye de Lagrasse
animées par Dominique Larroque-Laborde
– Samedi 12 octobre 14 h 30 : L’influence des USA sur la BD franco-belge avec Al Coutelis
(dessinateur), Jean Depelley (scénariste), Jean-Laurent Truc (journaliste BD Midi Libre).
– Dimanche 13 octobre 14 h 30 : La BD au féminin avec Carbone (scénariste), Cunha (dessinatrice),
Leen (mangaka).

en partenariat avec Le Marque-Page : La Maison du Banquet et des générations accueillera deux rencontres d’auteurs de BD à l’occasion du Festival de Bandes Dessinées de Lagrasse.
Nous y parlerons réalité, fiction, histoire, images, également passion, travail… bref… de littérature et de
pensée. http://www.lamaisondubanquet.fr
Dominique Larroque-Laborde.

Ex-professeur de Lettres Classiques, elle anime chaque été un atelier « Civilisation
grecque » au Banquet du livre de Lagrasse. Elle éprouve un penchant égal pour les
langues anciennes et pour la BD, surtout franco-belge.
C’est donc avec joie qu’elle animera ces tables-rondes.

LES AUTEURS
LE PRÉSIDENT D’HONNEUR DU FESTIVAL
Jean-Michel ARROYO
Né le 21 mai 1971 à Béziers, Jean-Michel Arroyo se passionne très tôt pour la bande dessinée. Ses
premières lectures sont des comics, au beau milieu des années Strange. Il y découvre notamment les
grands dessinateurs américains d’alors (Kirby, Colan, Buscema…). Puis, c’est Hergé, Franquin, Giraud,
Tardi et tous les auteurs Franco- belges avec une attirance particulière pour le dessin au pinceau, riche en déliés. Sa passion pour le sport prend le dessus pendant une dizaine d’année, mais c’est avec
l’enthousiasme et l’opiniâtreté qui le caractérisent qu’il reprend ensuite crayons et pinceaux. Ce seront les éditions Joker à Bruxelles qui lui donneront l’opportunité de commencer à apprendre le métier avec la série “le paquebot des sables” scénarisée par Jacques Hiron. Puis en 2009, il est contacté par les éditions Zéphyr pour reprendre la série “Airblues” scénarisée par Fred Zumbiehl. Il y découvre l’univers de l’aéronautique avec un coup de coeur immédiat pour le design des avions des années 40 à 60. Fasciné par le graphisme d’auteurs comme Milton Caniff, Frank Robbins, Roy Crane, il retrouve cette influence chez des dessinateurs Francobelges comme Jijé, Eddy Paape… et Victor Hubinon, le dessinateur de “Buck Danny” et “Barbe Rouge”, pour les plus célèbres ! Il ne possède à l’époque que 2 albums de Buck Danny : “Ciel de Corée” et “Les Agresseurs” de Francis Bergèse. Déjà amoureux du trait classique d’Hubinon, il apprécie également beaucoup la précision du dessin de Bergèse, notamment sur les avions… Fin 2012, il fait ses premiers essais pour lancer la série “Buck Danny Classic”. Le concept est de s’intercaler entre les aventures des 40 premiers épisodes, la charte graphique étant d’essayer de retrouver le ton des albums de Victor Hubinon . Le premier album “Sabre sur la Corée” paraît en février 2014, depuis trois dyptiques sont parus. Cependant l’aventure Buck Danny s’arrête avec la sortie du tome 6 en 2019. Un nouveau projet dans la collection Aire Libre est en cours.
———–

Éric ALBERT
Éric Albert est un dessinateur français, né à Versailles. Illustrateur et dessinateur de bande dessinée depuis 19881. Il a également travaillé dans des studios d’animation. Il débute sa carrière en
1986, après avoir exercé divers petits métiers. Il est le troisième enfant d’Henri Albert, journaliste et de Noëlla Tossen. Il a un frère, Jean-Noël, né en 1956, et une soeur, Christine, née en 1958. Il
épouse Pascale Pescheloche en 1994. Ils ont un fils, Nicolas, en 2001. En parallèle à divers petits métiers temporaires (standardiste, manutentionnaire dans une usine, coursier dans une banque), il suit des cours du soir à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré et à l’École de la ville de Paris de
Montparnasse. Puis il entre à l’atelier Baudy à Paris. Il signe son premier contrat professionnel avec les éditions Hachette en 1987 pour un livre d’illustrations Le Royaume-Uni au présent. Il réalise des illustrations pendant une dizaine d’année, puis travaille pendant quelques années dans l’animation. Il reprend son travail d’illustrateur et désire s’orienter vers la bande dessinée. Il commence un album pour
les éditions Delcourt en 2010, le tome 3 de « l’Ordre du Chaos » intitulé « Nostradamus ». Il a collaboré pour des agences de publicité. Il est également professeur intervenant à l’AtelierBD.com de Strasbourg, et professeur d’anatomie/morphologie au CESAN de Paris. Il aime écouter la musique (baroque en tête) et le cinéma en noir et blanc des années 1920 aux années 1950. En 2018, il adopte un nouveau style graphique « évoluant entre la ligne claire façon « Tintin » et l’école de Marcinelle de la grande époque du journal Spirou »5 pour la création de la série Louise Petitbouchon sur un scénario de Jean Depelley aux Éditions du Long Bec.

Fabien ALQUIER
Fabien Alquier est coloriste. Après une maîtrise d’arts plastiques à l’université d’Aix-en-Provence, Fabien a eu la possibilité d’aider une amie pour un projet de commande de mise en couleur. Suite à ça, il a décidé de tenter sa chance en préparant un dossier de coloriste sur des pages de styles différents. Après, les projets se sont enchaînés rapidement, d’abord pour Les Humanoïdes Associés, puis les éditions Bamboo, et Soleil sur le projet Marie des loups. Il a travaillé avec Laurent Sieurac et Jean-Charles Gaudin sur la fin des Princes d’Arclan et réalisé des essais pour L’Assassin Royal
qui furent concluants. Son travail récent est centré autour de colorations numériques pour des illustrations et bandes dessinées pour Casterman, Soleil, Bamboo, Dargaud, Paquet et Les Humanoïdes Associés. Ses compétences antécédentes dans le dessin et la peinture l’ont aidé à exceller pour la photographie et l’art numérique.

AULEEVE
Olivier Faure, alias Auleeve ou encore Mister Strong, naît le 15 septembre 1972 à Gap. Après une enfance et une adolescence vécues à la « capitale douce », il quitte le bassin gapençais durant trois années pour se former à l’École Municipale des Beaux-Arts de Digne (04) puis à l’École des Beaux-Arts et Arts
Appliqués liés à l’Impression d’Épinal (88). En octobre 2002, L’association Rage in Bulles lui permet de sortir son premier album BD. Quelques mois plus tard à partir de mai 2008, ce passionné des lieux chargés d’histoire part s’installer sur Narbonne où il retrouve son métier d’illustrateur. Depuis 11
ans, Il investit les Médiathèques de l’Aude (11) puis de l’Hérault (34) en animant des stages d’initiation au Manga. En 2019, il renoue avec la bande dessinée historique, en participant aux albums Toulouse en BD et Strasbourg en BD publiés aux Éditions Petit à Petit.

Gerardo BALSA
Gerardo Balsa est né en 1973 dans la ville de Rosario, en Argentine. Il commence à dessiner des BDs pendant son enfance, dû à l’influence des hebdomadaires argentins très populaires à l’époque (El Tony, D’Artagnan, Nippur…). Après avoir lu La Maison Dorée de Samarkand, d’Hugo Pratt, il décide, à l’âge de 16 ans, de devenir auteur professionnel. En 1992, il commence à publier ses BDs dans des revues underground de sa ville. Ensuite, il écrit des contes qui seront publiés dans des journaux de la province. En 2006 paraît son premier comic-book en Espagne, Cientouno, une histoire de science-fiction. En 2008 il s’installe en Espagne et commence à publier en France. D’abord le one-shot La Nuit des Paras, puis 14 albums de la série U-47 et après, sur son propre scénario, le premier album de la série L’Ombre du Condor. Cet album sortira en France aux éditions Le Long Bec à l’occasion du festival de Lagrasse. Passionné d’histoire et de tous les styles d’aventure, il habite et travaille maintenant à Barcelone.

Émile BERTIER
Tout petit déjà, Émile Bertier fait preuve d’une rare incompétence pour le dessin. Renvoyé de seize cours
d’arts plastiques pour “incapacité chronique”, il déposera par la suite pas moins de 367 dossiers d’inscription en école d’art. Tous seront refusés. Son rêve de toujours, faire de la bande dessinée, semble s’envoler en fumée. Alors qu’il va mettre fin à ses jours, il découvre les joies du détournement et reprend goût à la vie.

Bruno BESSADI
Bessadi, né en 1974, est le président du Zarmatelier, atelier de bande dessinée et associations d’auteurs basée sur Marseille. Il signe chez Soleil la série Zorn et Dirna qui compte aujourd’hui 6 tomes. En 2004, il contribue au tome 1 des Chroniques de Sillage, aux éditions Delcourt. En 2008, il réalise des modelsheet pour le long métrage d’animation : Prodigy : la nuit des enfants rois. En octobre 2011, il réalise l’adaptation de Boucles d’or et les Trois Ours dans la collection Pouss’ de Bamboo, chez Bamboo, ainsi qu’un scketchbook aux éditions Snorgleux. Depuis 2013, il dessine sous le scénario d’Hérik Hanna la série BAD ASS, dont le style et le format sont très inspirés des comics U.S. de super-héros. La saga est publiée aux États-Unis aux éditions Dynamite en 2014. En 2019 est sortie le premier tome de la série Amazing Grace sur un scénario d’Aurélien Ducoudray avec Fabien Alquier aux couleurs.

Laurent BONNEAU
Né le 5 octobre 1988 à Bordeaux, Laurent Bonneau suit un cursus artistique dès le lycée à Bordeaux. Il rencontre en parallèle Marc Moreno à l’âge de 13 ou 14 ans. Ce dernier lui apprend beaucoup sur la bande dessinée et l’histoire de l’art. Il monte sur Paris à l’âge de 17 ans et demi pour suivre un cursus de cinéma d’animation pendant deux ans puis signe chez Dargaud pour la trilogie « Metropolitan » un an
plus tard, lorsqu’il commence sa deuxième année en Animation. Il entre en 2008 à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en section Photo-vidéo, où il continue de réaliser actuellement des courts métrages en prise de vues réelles avec une obsession pour la représentation du corps humain. Il donne également des cours de dessin à l’École Nationale Supérieure Estienne à Paris… En 2013, il sort deux albums : « Douce pincée de lèvres en ce matin d’été », ouvrage intimiste sur une journée de la vie de Max, puis « Rêves Syncopés » avec Mathilde Ramadier au scénario, album retraçant l’histoire des musiques électros via la vie du DJ Laurent Garnier. Il a ensuite dessiné « Ceux qui me restent » avec Damien Marie (Bamboo 2014) sur le sujet grave de la maladie d’Alzeimer, « Nouvelles graphiques d’Afrique » chez Des ronds dans l’eau et avec Mathilde Ramadier au scénario « et il foula la terre avec légéreté » voyage poétique et réflexion sur l’écologie profonde (Futuropolis 2017). Deux albums vont suivrent « On sème la folie » très autobiographique (Bamboo 2018) et « Les brûlures » sur un scénario de Zidrou qui signe un retour au polar pour Laurent (Bamboo 2019).

CARBONE
Attirée depuis toujours par le monde des enfants, Bénédicte Carboneill, alias
Carbone, choisit de devenir professeur des écoles. “Maîtresse” depuis 1995 et
directrice de maternelle, l’écriture arrive par hasard dans sa vie et finit par
s’imposer. De parutions pédagogiques (pour les éditions Jocatop, Bordas, La
Classe Maternelle) en projets pour ses élèves : L’idée de travailler en classe à
partir de ses albums germe et aboutit à la création des éditions du Pas de l’échelle (aujourd’hui Label de BPE-PEMF), alliance d’albums et de fichiers pédagogiques. Éditrice, directrice de collection mais avant tout auteure, Bénédicte écrit pour les toutpetits mais aussi les adolescents chez divers éditeurs (Fleurus, Oskar, Auzou, Larousse, Mijade…). Fin 2015, Bénédicte Carboneill prend le pseudo de Carbone et s’essaye à la bande dessinée avec un premier projet « Le Pass’Temps » aux éditions Jungle (sept 2016). Puis les éditions Dupuis accueillent « La boîte à Musique » (avec Gijé), première de plusieurs séries comme « Les Zindics Anonymes » avec James Christ et « Dans les yeux de Lya » dessiné par Cunha, tous deux présents à Lagrasse. Aujourd’hui ayant quitté l’Éducation Nationale, Carbone se consacre à l’écriture de scénarios de BD, univers dans lequel elle s’épanouie désormais.

James CHRIST
James Christ est né le 23 janvier 1980, à Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle). À 1 an et demi, le petit James et sa famille s’installent à La Garde (à côté de Toulon), et depuis il ‘a plus quitté cette ville. Pur autodidacte, il n’a jamais suivi de cursus particulier dans le dessin. Internet lui a permis de
diffuser son travail et lui a véritablement servi de vitrine, en se faisant repérer par des éditeurs indépendants qui ont publié ses deux premiers albums : “Freddy Marteau” avec Jérémy
Bouquin (Jrmy) au scénario chez YIL éditions et “Synchronicity, archive 1″: le protocole Wayne” avec Fred Mannicot au scénario et Sally à la couleur chez Du Café sur La Planche. Il a également participé à divers collectifs. Aujourd’hui, il travaille sur le premier tome de sa première série pour Dupuis, “Les Zindics Anonymes”, qui est sorti au début 2019, avec Carbone au scénario.

Al COUTELIS
Alexandre “Al” Coutelis est né à Paris le 08/02/1949. Il réside dans le département du Vaucluse. Alexandre Coutelis s’intéresse très jeune aux sports, et à la boxe en particulier, ce qui le conduit à participer à deux championnats de France. Mais le rêve de devenir dessinateur sera finalement le plus fort, et il parvient à entrer au journal Pilote en avril 1971. Sa collaboration est alors brève et modeste, avec une quinzaine de « Pages d’actualité » dessinées sur des scénarios de Jean
Alessandrini, Jean-Marie Pélaprat et Serge De Beketch. Coutelis quitte Pilote le 2 décembre et débute alors une carrière de dessinateur de presse dans plusieurs supports (Lire, Le Nouvel Économiste, etc.), avant de revenir, en 1976, vers l’univers de la bande dessinée en collaborant brièvement à Pif-Gadget et Scoop Magazine. Il crée ensuite Giombax, le V.R.P. masqué, dont les strips sont diffusés dans plusieurs quotidiens de province. En 1983, Alexandre Coutelis fait un passage remarqué à Fluide Glacial où il dessine, sur un scénario de Jacques Lob, un épisode de Superdupont. La même année, sur un scénario de Rodolphe, il réalise, dans Charlie Mensuel 2e série, Le Cimetière des fous (album Dargaud, 1984), une impressionnante aventure de Dampierre et Morrisson dont l’action se déroule dans la mer des Sargasses… En 1984, au sein du même journal, il entreprend une autre série de grande aventure, La Dame de Singapour (album Dargaud, 1984) avec Francis Lambert. Coutelis entreprend en 1985 Chuck Dougherty, le privé, une série écrite par Jean-Michel Charlier et sponsorisée par Canada Dry.
Elle verra finalement le jour dans L’Echo des savanes cette même année. Suite à cette collaboration,
Charlier décide de confier la réalisation graphique de Tanguy et Laverdure à Coutelis. Ce dernier ne
dessinera cependant qu’un épisode, Survol interdit (album Éditions Novedi-Hachette, 1988) : le décès de
Jean-Michel Charlier entraîne en effet l’interruption définitive de la série. En 1990, Coutelis réalise, sur un scénario de Christian Godard et Bollée, une histoire correspondant à un cycle parallèle du Vagabond des Limbes. Intitulé Les 13 Transgressions, l’album paraît aux Éditions du Vaisseau d’Argent. L’année suivante, il dessine Man, superhéros polyvalent (scénario Setbon – album Éditions Albin Michel) et termine les dernières planches du Roi vert (scénario Jean Annestay d’après Paul-Loup Sulitzer) à la suite du décès subit de Jacques Armand (La Traque, album Éditions Dupuis). Alexandre Coutelis contribue ensuite à C’est la fête aux Mickey, un ouvrage collectif publié en 1992 par les Éditions First, et collabore en 1995 à L’Allumé, un nouveau journal mêlant humour et érotisme dirigé par Jacques Rampal. En 1998, il signe, en collaboration avec Tronchet, Bienvenue à Welcome Land (Éditions Audie-Fluide Glacial). Deux ans plus tard, sur un scénario de L. F. Bollée, il débute chez Casterman une série intitulée A.D. Grand-Rivière, dont quatre titres sont parus à ce jour depuis 2000. En 2002, ce même éditeur a publié une ultime histoire signée Jean-Michel Charlier et restée inédite en album, un polar atypique dessiné par Coutelis et prépublié dans L’Echo des Savanes en 1984 et 1985 : Le Privé. En 2002, un album dessiné par Coutelis sur un scénario de Fioretto est sorti chez Audie-Fluide Glacial : Di Cazzo. En 2017 sort le député sur un scénario de Cucuel (Bamboo).

CUNHA
Née le 29 avril 1992 à Compiègne, Justine grandit, passionnée d’animation, de manga et de bande dessinée. Voulant se lancer dans le cinéma d’animation, elle fait une prépa à LISAA suivi d’un DMA en cinéma d’animation à l’ISG puis finit son cursus à Supinfocom Valenciennes. Elle coréalise la série “L’heure du conte” à la sortie de ses études et décide ensuite de se consacrer uniquement au dessin en
travaillant en tant que Character Designer dans différents studios d’animation. En 2018, elle est contactée sur les réseaux sociaux par la scénariste Carbone, et de leur rencontre naîtra la nouvelle série “Dans les yeux de Lya”, dont le premier album est sorti chez Dupuis en mars 2019.

Jean DEPELLEY
Jean Depelley est un scénariste français, critique et journaliste spécialiste des comics (et particulièrement de Jack Kirby) né le 22 juillet 1966 dans le Limousin où il habite toujours. Il est également scénariste et critique de cinéma. Au milieu des années 80, il anime une émission de radio locale avec une bande de copains. Surnommés Les Grands Anciens, ils adorent la littérature populaire
américaine (Robert E. Howard, E.R. Burroughs, H.P. Lovecraft…) et les comics US. Pendant cette même
période, il s’occupe du Ciné-Club des “Grands Anciens” et écrit des dossiers associés aux films projetés. En 1994, il rencontre le réalisateur Fabrice Lambot, rédacteur en chef du fanzine Atomovision (6 numéros) et se met à écrire pour lui. En 2007, la société de production Metaluna Productions de Jean-Pierre Putters et Fabrice Lambot lancent la revue de cinéma Métaluna (prolongement de Atomovision) et lui confient le rôle de rédacteur en chef. Toujours pour Metaluna Productions, il écrit ou co-écrit plusieurs scénarios de films, dont Le Pénitent (en stand-by), Le Sang du châtiment, M14 et Dying God. Il a collaboré également à un numéro de Monster Bis de Norbert Moutier. Parallèlement à ses activités cinématographiques, il écrit également des scénarios de BD (l’album Totems chez Mégalithes Productions, dans Strange, les séries Megasauria, Galaxy Green, etc.), des articles sur la BD dans des revues telles Comics Culture et Univers Comics, Strange (Organic comix) ou The Jack Kirby Collector aux États-Unis. Il traduit en français dans Strange (Organic comix) des comics tels Silver Star, The Myth of 8-Opus et Venturesome Motes. Il publie également des livres sur la BD tels Les Travaux extraordinaires d’Alan Moore chez TwoMorrows Publishing. Il co-édite avec Univers Comics Unlimited les revues Golden Comics, Golden Titans et Golden Legends, consacrées aux comics US de l’âge d’or. Il écrit les aventures de Louise Petibouchon, que dessine Éric Albert, dont le premier tome est sorti en 2018 aux Éditions du long Bec avec des dessins. 2019 verra la parution du tome 2.

FREDMAN
Après une formation d’animateur au Cft Gobelins, Fred Trouillot se lance dans le cinéma d’animation pour la série télévision. À cette occasion, il rencontre, Jim son scénariste avec lequel de 1994 à 2014, il dessine une quinzaine d’Albums d’humour chez Vents d’Ouest, chroniques courtes et acides sur les relations Mecs-Nanas. Il poursuit en parallèle dans l’animation, et participe à plusieurs long métrages : “Les Enfants de la Pluie” de Philippe Leclerc (2003), “La Reine Soleil” de Philippe Leclerc (2007), “Lucky Luke, Tous à l’Ouest” d’Olivier Jean Marie (2007) comme premier assistant ou animateur. En 2009, il publie “La Vie Secrète” chez Casterman dans la collection Écritures, un récit en deux tomes sur le secret familial ; Avant de mourir, le passé criminel de guerre d’un père remonte et provoque des bouleversements au sein de sa famille. En 2016, il est contacté par Bernard Swyssen pour collaborer
sur la série d’humour mais authentiquement historique “Les Méchants de l’Histoire”, pour laquelle il choisit de dessiner le destin de Caligula. L’album est paru en juin 2018. Cette même année, en septembre est sorti aux Éditions La Découverte, une adaptation graphique des “Carnets de guerre” de Louis Barthas, l’un des récits les plus populaires de la Grande Guerre; il s’agit d’un découpage Bd d’extraits de textes de Louis Barthas qui couvrent de façon originale les quatre ans de guerre du soldat Barthas.

Johann G. LOUIS (Fréhel)
Johann G. Louis est né un 29 mai 1984. Diplômé des Beaux-Arts, il a enchaîné les métiers : décorateur pour le cinéma, la publicité, professeur d’arts plastiques. Il a aussi écrit des articles de presse… C’est un saltimbanque pluridisciplinaire. Il déteste s’ennuyer. Quand il n’écrit pas des histoires, il en dessine. Ses ancêtres Manouches lui ont légué des pouvoirs. Il se passionne pour les destins tragiques d’actrices de l’âge d’or du cinéma Hollywoodien, car « il n’y a rien de plus glamour que le drame dans la soie
». Il admire Bette Davis, Gloria Swanson, Marlène Dietrich, Faye Dunaway, Gena Rowlands et quelques autres, les recluses. Il aime Nina Simone, Philipp Glass, Tom Sawyer, Alfred Hitchcock, les vieux trucs, les roulottes, les maisons de campagne remplies de belles choses, les mystères, la forêt et écouter le cri des mouettes à Trouville. Il vit depuis plusieurs années à Paris dans un boudoir bordélique aux allures de cabinet de voyance avec un oiseau aux ailes rouges. Il a réalisé des courts métrages. Le dernier, « Mrs Aylwood ne veut pas mourir », a été préacheté et diffusé sur France 3. Il s’agit d’un huis-clos dans un manoir où vit une vieille gloire oubliée du cinéma. Il écrit actuellement d’autres films, un second roman, une bande dessinée et d’autres histoires inspirées de faits plus ou moins réels.

LEEN
Née sous la pluie du Sud-Ouest, au pays des canards, pour finalement rejoindre le soleil (et le vent…) de Montpellier. Je dessine depuis mon plus jeune âge et aujourd’hui j’en ai fait ma passion. Bercée par les Disney, je me souviens de quelques oeuvres de maternelle dont ce personnage qui revenait souvent. Un chat humanisé jouant de la guitare la plupart du temps… Aujourd’hui je mets en scène des
personnages antropomorphes dans des cases, pour enfin voir un jour une histoire complète éditée… J’ai pu améliorer mon coup de crayon grâce aux cours de BD donnés par Fred Campoy, dessinateur professionnel (Arcanes, Little Big Joe, Shrög, Kookabura Universe t.11 et dernièrement Karma Salsa). Il m’a aidé à progresser durant plusieurs années et je l’en remercie grandement. Avant que naisse Shinobi Iri, j’ai réalisé avec le scénariste Olivier Paillé (Shrög t.2, Kookabura Universe t.11), 2 épisodes de BD pour le magazine Manga Kids + de L’Ombre d’Honami. De courts épisodes de 6 planches, chacun racontant l’histoire des ninja, tournés en gags et terminant par une page explicative sur l’arme découverte durant l’épisode. Le tout dessiné avec des personnages anthropomorphes…

Bernardo MUÑOZ
Bernardo Muñoz est né en 1967 à Lubrin, Almería, en Espagne. Il a publié sa première bande dessinée dans le magazine Viñetas (Glénat Editoriale) en 1995. Il entre dans le staff du magazine italien Selen pour qui il produit, en 1998, les premières historiettes qui constitueront l’album Déviances. Une version française (Canicules, 44 pages), éditée en 1999 par Vents d’Ouest, fera découvrir aux
Francophones les premières histoires. Mélangeant sexualité et tragédie, il se fait éditer dans les magazines espagnols El Víbora et Kiss Comix (La Cúpula Editoriale) dont une partie paraîtra en français sous le nom La Poudre aux Rêves. En 2009, Bernardo associe son crayon au stylo de Javier Cosnava pour réaliser Fatalidad (Fatalités) et Un buen hombre (Un homme bon). En 2011, paraît Unidos en la division (Unis dans la division) dans la collection Nuevas hazañas bélicas (Les Nouveaux Exploits Guerriers) en association avec Hernán Migoya qui assure le scénario. En 2019 paraît aux Éditions du Long Bec Divine vengeance avec Hernán Migoya à l’écriture.

Olivier ROMAN
Après des études aux Beaux-Arts, Olivier Roman débute sa carrière en créant des illustrations pour des agences de publicité. Fasciné par toutes sortes d’arts graphiques, il s’adonne à la création de trompe-l’oeil, pour des commerces et des restaurants dans un premier temps, puis pour des projets plus importants comme une bâche de 100 m2 à Montpellier pour cacher un chantier ou une fresque murale
au château de Gaujac (Gard). Côté BD, il publie le premier tome de la série Harry Dickson en 1992 avec Nolane au scénario. Cette série adapte en bande dessinée les
aventures du “Sherlock Holmes américain” créé par Jean Ray et compte aujourd’hui 16 albums. En 2013, il met en images Les fables de l’Humpur, l’adaptation par Pierre Bordage de son roman éponyme.

YIGAËL (dimanche seulement)
Yigaël (de son vrai nom Yigaël Coquel) est un auteur de bande dessinée français. Né en juin 1978 à Arras, Yigaël a étudié la bande dessinée aux Beaux Arts de Tournai (Belgique), dans l’atelier d’Antonio Cossu et T. Umbreit. À sa sortie, il débute sa carrière en dessinant des pages d’humour pour les éditions Semic dans le pocket Kiwi, puis illustre quelques histoires dans les collectifs des éditions Petit à petit, avec le scénariste Céka. Il a publié, toujours avec Céka, une trilogie de science-fiction intitulée Egovox.
Depuis 2007 il poursuit sa collaboration avec Céka par des biographies de savants célèbres tels que Évariste Galois, Claude Chappe ou Marie Curie publiées en feuilleton dans le magazine scientifique Cosinus. En 2013 il dessine la couverture et l’une des huit histoires de la BD collective ”Au fil des siècles – Histoire(s) de Carcassonne” publiée par les éditions Grand Sud. 2014 voit la parution chez Yinnis éditions de « Dernière BD avant la Fin du Monde » sur un scénario de Damien Maric. Et en 2016, c’est « Pasteur et la génération spontanée » qu’il dessine sur des textes de Céka qui paraît aux Éditions du Sékoya. Ensuite chez Faton sortiront « Marie Curie la scientifique aux deux prix Nobel » en 2017 puis en 2019 « Apollo 11 – Les premiers pas de l’homme sur la lune ».

Cette liste est susceptible de modifications de dernière minute suivant les impératifs professionnels des
auteurs invités inconnus au moment de leur engagement.