Conversation autour de son oeuvre romanesque !

A 16 h : Entrée libre et gratuite – Apéritif de clôture offert

Florence Delaporte, née à Rouen en 1959, est traductrice et écrivaine. Elle est vit et travaille à Bordeaux, comme responsable du Pôle Bibliothèque à l’ALCA Nouvelle Aquitaine (Centre régional du Livre et du Cinéma).
Elle est en résidence LUCIOLE tout au long du mois de février 2019.
Elle se passionne pour l’écriture dès l’enfance et écrit ses premiers textes à huit ans. Elle fait ensuite ses études aux États-Unis et en Allemagne puis en France. Assez nomade.
Elle publie son premier livre en 1996. Premier roman publié en 1998 obtient le Prix Wepler.
Elle écrit des textes pour la radio, pour la jeunesse, pour la peinture.
Florence Delaporte conçoit « l’écriture comme élucidation du réel, mais aussi comme matière : j’aime partager la pâte de la langue, le jeu polysémique, le jonglage amoureux de la langue. »

Elle publie en 2013, suite à sa maladie un récit autobiographique, Deux livres de chair. C’est l’histoire d’une reconstruction. L’histoire d’un corps que le cancer menace et qu’il faut amputer pour le sauver. Mais cette part que l’on retire, c’est ce qui constitue une femme dans son identité et son intégrité : le sein. …

Terre Neuve est un roman à l’image de ses vagabondages.
Deux femmes, deux univers s’affrontent dans une petite ville de Terre-Neuve. Les secrets de la terre, l’amour des hommes et le sang des bêtes pèsent alors de tout leur poids. C’est ainsi que la légende islandaise de Freydis, la fille d’Erik le Rouge, s’incarne dans la lumière jaune de l’automne boréal.
À travers l’histoire d’une jeune archéologue et de sa logeuse affleurent des mystères anciens et des peurs contemporaines dans un récit épique qui interroge ce qui nous fonde.

La Chambre des machines est le récit de la difficulté d’exister pour une femme timide, mais tenace, dans une société où chacun est tenu de jouer un rôle important, où la lutte des places règne. « Sa vie dès les premiers jours a tenu à un fil. Lequel ? Le fil de trame ! Un fil de soie peut-être, comme celui que tenait Mansour derrière Shéhérazade, parle ou meurs, petite, mais voici l’aube, il faut tenter de vivre. Alors elle se raconte des histoires, un vrai tissu de mensonges. Le fil de chaîne a tenu bon, elle entre maintenant dans le droit fil de sa vie, est-ce qu’elle a fini par se fabriquer une armure ? On dirait qu’elle s’oriente comme une canette sur son axe de rotation, va-t-on en voir de toutes les couleurs ce soir ?  » Pendant qu’on prépare un vernissage au musée du textile de Belarbre, gens, bêtes et machines se montrent tels qu’ils sont vraiment. La directrice court toute nue à cinq heures, le chat s’envole en haut du frigo, l’effilocheuse raconte la peur de vivre et les gens importants resserrent leur cravate devant le micro. Un petit monde presque normal qui oscille entre le plaisir de nuire et l’enchantement, l’attente de l’amour, de l’éternité. Jusqu’à la nuit qui apporte sa moisson de surprises.

PUBLICATIONS :

Sœur Sourire. Brûlée aux feux de la rampe, essai, Plon, 1996
Je n’ai pas de château, roman, Gallimard, 1998, Prix Wepler 1998
Le Poisson dans l’arbre, roman, Gallimard, 2001
Les Enfants qui tombent dans la mer, roman, Gallimard, 2002
La Chambre des machines, roman, Gallimard, 2005
Terre Neuve, roman, Gallimard, 2010
Deux livres de chair, récit, François Bourin Éditeur, 2016

LITTÉRATURE JEUNESSE :
À quoi rêve Crusoé ?, Éditions du Rouergue, coll. « Dacodac », 2012
Amour ennemi, Éditions Oskar, 2013.
Traduction de l’anglais de : Lewis Carroll, Petite Alice aux merveilles (The Nursery Alice), Gallimard Jeunesse, 2013.